Dewoitine 550

Curieuse idée que ce 550 ?!
Il fut dessiné en 1938 par Emile Dewoitine pour la compétition. Le schéma de pensée inverse de celui qui avait présidé à la création du Spitfire, à partir de l'hydravion de vitesse de Supermarine. Mais concept que l'on retrouva quelques années plus tard avec le Me-209 de Messerschmitt extrapolé du chasseur Me-109.
Le D-550 n'était qu'une version amélioré du D-520, dont les lignes avaient été affinées.
Les principales modifications, outre le moteur, portaient sur la capacité du réservoir de carburant réduite au strict nécessaire et à l'envergure réduite également de deux mètres, soit 8,20 mètres. Ce qui est très important, laissant ainsi augurer un pilotage "pointu", en particulier à basse vitesse.
Pour ce qui est de la motorisation, Dewoitine faisait toujours confiance à Hispano-Suiza, avec qui il était en affaires, adoptant sur cette version un moteur 12Y Crs particulièrement poussé.
Ce fut encore l'inévitable pilote d'essais Marcel Doret, qui lui fit faire son premier vol le 23 Juin 1939.
Quelques mois plus tard, en Octobre, le D-550 atteignait la vitesse de 677 km/h à 6 000 m, ce qui était prodigieux, surtout pour un avion français, à cette époque.
Remotorisé avec un moteur 12Y51 de 1 200 ch, l'appareil atteignit le 22 Novembre 1939 la vitesse de 702,2 km/h, toujours à 6 000 mètres d'altitude.
Avec un capot moteur rallongé, le D-550 réitérait sa performance le 24 Février 1940, avec 703 km/h, en utilisant qu'une partie du potentiel de son moteur, à cause d'une surchauffe de ce dernier.
Ce problème sera rapidement résolu par la mise en place de deux radiateurs placés sous l'intrados des ailes, augmentant malheureusement la masse de cent kilos. Ce qui eut pour conséquence de faire chuter sa vitesse maximum à 673 km/h à 5 750 mètres d'altitude, lors d'un de ses derniers vols le 18 Mai 1940.
Le dernier vol eut lieu le 27 Mai 1940 et, après l'armistice, le bel avion aux ailes zébrées de rouge (les couleurs de Marcel Doret) resta enfermé durant quatre ans dans un hangar de Toulouse-Francazal, avant d'être gravement endommagé lors d'un bombardement allié, le 4 Avril 1944.
Marcel Doret disait de lui: "Le D-520 est un percheron, le D-550 est un pur-sang".


D-550 Longueur: 8,02 m
Envergure: 8,20 m
Hauteur:
Surface alaire: 10,79 m²

Masse à vide:
Masse en charge: 1 814 kg

Vitesse maximum: 702 km/h
Vitesse ascensionnelle:
Plafond pratique:
Rayon d'action:

Motorisation: Hispano-Suiza 12Y51 à compresseur Szidlowsky-Planiol
Puissance nominale: 900 ch
Puissance maximum: 1 200 ch
Hélice: tripale Ratier

Armement:
aucun

Plan du site | Mentions légales & Sources | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2014, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   aéronavale & porte-avions.com