Dewoitine 551, 552 et 560

Pour Dewoitine, il semblait logique de créer, sur la base du D-550 de course, un avion militaire capable d'aller "chercher" sinon mieux, tout ce qui existait comme chasseur à l'époque.
Le D-551 fut dessiné à Bagnères-de-Bigorre en Octobre 1939. Son principal trait de génie, prouvant si il le fallait encore, la conscience parfaite que Dewoitine et son équipe privée avaient de la situation, était un temps de construction réduit à 4 000 heures de travail !
Pour mémoire, un D-520, qui était déjà très bien placé, nécessitait 8 000 heures et, en rappel, le malheureux Morane-Saulnier MS-406, incapable de poursuivre des He-111 et qui constituera la cheville ouvrière de la chasse française en 1940, en exigeait 12 500 !
La motorisation restait confié au fragile et trop rare Hispano-Suiza 12Y51, avec une vitesse estimée de 662 km/h à 6 000 mètres, ce qui paraissant parfaitement réaliste au regard des performances du D-550.
L'armement comprenait, un canon de 20 mm en tir à travers le moyeu d'hélice et six mitrailleuses, améliorant ainsi sensiblement la capacité de tir par rapport au D-520.

Une version encore améliorée, le D-552, propulsé par un moteur 12Z et armé de sept mitrailleuses MAC devait, normalement, être mis en production à partir de la cellule n° 201.
Vuillemenin, patron de l'Armée de l'Air, avait d'ailleurs passé commande de seize exemplaires, afin de former, le plus rapidement possible une escadrille d'évaluation.
Trouvant que cette commande était insuffisante, au vu des enjeux du moment, Emile Dewoitine, qui sera accusé par la suite des pires turpitudes, lança une série complémentaire sur ses fonds propres.
C'était toutefois compter sans les retards des uns et des autres, en particulier de la part d'Hispano-Suiza, aboutissant à ce que l'armistice arriva alors que les cinq premiers appareils s'apprêtaient à faire leur vol inaugural.

Le 9 Août 1940, l'occupant nazi autorisaient la reconversion de deux exemplaires désarmés pour une utilisation sportive, ce qui en dit long sur la confiance que les allemands portaient au gouvernement de Vichy !
Ces deux appareils furent renommés D-560.
Transférés à Saint-Martin-du-Touch en Janvier 1941 pour un premier vol, la commission d'armistice interdira au D-560 de prendre l'air.
Ils seront ferraillés avec le reste de la production de D-551.


D-551 Longueur: 8,02 m
Envergure: 8,29 m
Hauteur:
Surface alaire: 12,1 m²

Masse à vide: 1 721 kg
Masse en charge: 2 150 kg

Vitesse maximum: 662 km/h
Vitesse ascensionnelle: 5 min 8 sec pour atteindre 6 000 m
Plafond pratique: 11 640 m
Rayon d'action: 1h 15 min de temps de vol

Motorisation: 1x moteur Hispano-Suiza 12Y51 à compresseur Hispano
Puissance nominale: 900 ch
Puissance maximum: 1 200 ch
Hélice: tripale Ratier

Armement:
1x canon HS-404 de 20 mm
6x mitrailleuses MAC-34 de 7,5 mm

Plan du site | Mentions légales & Sources | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   aéronavale & porte-avions.com