Fuselage


De section ovoïde, il est construit autour de douze couples verticaux, de la cloison pare-feu à l'étambot, de lisses horizontales et de trente-cinq cadres sur la même longueur.
Les quatre longerons se placent dans des évidements ménagés sur le bord extérieur des couples.
Cette structure est recouverte de tôles de duralumin qui sont rivetées sur celle-ci, par des rivets à tête fraisée, préférables pour ménager l'aérodynamisme de l'ensemble et réduire au minimum la trainée de frottement.

L'assemblage entre la voilure et le fuselage se fait en cinq points, trois ferrures rassemblent le couple 1 aux longerons, les deux autres, raccordent le couple 3 au faux longeron.
Des plaques d'éclisses en acier spécial assemblent les ailes horizontalement aux cornières de longerons d'ailes et de fuselage.

Un raccord de type Karman existe pour parfaire cet assemblage, il ne joue toutefois aucun rôle de rigidité structurelle.
Il se compose de deux parties, celle de l'avant étant démontable pour les opérations de maintenance. Il s'agit d'une tôle épaisse en duralumin fixée, elle aussi, par des rivets à tête fraisée.

La dérive, dissymétrique, pour combattre le couple de renversement du moteur, est montée autour d'un longeron oblique, sur lequel se vissent les becs des nervures et les nervures arrière revêtues de tôle de duralumin.
Elle est reliée aérodynamiquement parlant, à l'arrière du poste de pilotage, par une tôle de carénage, toujours en duralumin.
Celui-ci reçoit les glissières permettant à la verrière de dégager l'accès au poste de pilotage en position arrière. La verrière est liée aux glissières en six points, la désolidarisation pouvant intervenir en cas d'évacuation du pilote.

La dérive fait également partie intégrante de cette coque qu'est le fuselage, ce dernier se prolongeant à l'avant par le bati-moteur.

La tôle pare-feu avant est en inox, seulement doublée, en certains endroits, par une tôle en duralumin coté cockpit.

Le pilote dispose, fixée sur le couple situé derrière son siège, d'une plaque de blindage démontable rapidement pour les actions de maintenance.
Le siège, réalisé en tubes d'acier soudés est réglable verticalement, ce qui peut être effectué en vol, et horizontalement, ne pouvant être fait qu'au sol.

Sur le coté gauche du fuselage, juste derrière le poste de pilotage, se trouve une trappe circulaire découvrant une soute à bagages.

Le pare-brise blindé est composé d'une superposition de glaces transparentes en Triplex ®, enchassées dans une ossature de profilés en duralumin. Le poste de pilotage est étanche, mais alimenté en air frais par une prise d'air située devant le pare-brise.

D-520

modélisation 3D du fuselage du D-520



Plan du site | Mentions légales & Sources | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com